• C'est lundi que lisez-vous ? #135

    Ce que j'ai lu :

    C'est lundi que lisez-vous ? #135C'est lundi que lisez-vous ? #135C'est lundi que lisez-vous ? #135C'est lundi que lisez-vous ? #135C'est lundi que lisez-vous ? #135 

     

     

     

     

     

     

     

     

     C'est lundi que lisez-vous ? #135C'est lundi que lisez-vous ? #135C'est lundi que lisez-vous ? #135 

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce que je lis :

    C'est lundi que lisez-vous ? #135

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Ce que je compte lire :

    C'est lundi que lisez-vous ? #135C'est lundi que lisez-vous ? #135


    votre commentaire
  • La papeterie TsubakiLa papeterie Tsubaki
    Ito Ogawa
    Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
    Philippe Picquier - 2018
    9782809713565

    Résumé de quatrième de couverture :  Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigner l'art difficile d'écrire pour les autres.
    Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l'encre, l'enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre.
    Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d'un singe, des lettres d'adieu aussi bien que d'amour. À toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.
    Et c'est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre de réconciliations inattendues.

    Mon avis : Comme vous le savez, Ito Ogawa est mon auteure préférée et je me réjouie à chaque nouvelle sortie. Son nouveau roman s'inscrit dans la lignée des autres avec les thématiques de la nostalgie, du deuil et de ces petits instants de vie que l'auteure aime tant à nous décrire. Cette fois, on est en immersion totale dans la société japonaise grâce à Popo qui se voit reprendre la papeterie de sa grand-même. À travers tous les gens qu'elle va rencontrer ou croiser, elle nous montre un quotidien paisible et très en adéquation avec ces petits quartiers calmes que l'on imagine d'ailleurs très bien grâce à son plan en début de livre. Notre narratrice a un savoir un peu particulier lié à la papeterie - enseigné par sa grand-même - elle est écrivain public et se doit d'aider tout un chacun à rédiger ses lettres. Du choix du support à la dilution de l'encre et le choix de la plume, chaque demande est traitée avec délicatesse et sérieux. Ce roman se lit comme un bonbon que l'on déguste sous son plaid au fil des saisons. Il est très posé, un peu comme l'ambiance que l'on retrouve dans les mangas de Jiro Taniguchi pour le côté contemplatif. Délicat et en même temps une vraie bouffée d'air frais à sa manière !
    Amoureux d'action, passez votre chemin en revanche.

    La papeterie Tsubaki


    votre commentaire
  • Okko et les fantômesRéalisateur : Kitarō Kōsaka
    Scénario : Reiko Yoshida
    Studio : Madhouse Production

    Année de production : 2018
    Nationalité : Japonais

    Résumé : Seri Oriko, surnommé Okko, se retrouve obliger de vivre chez sa grand-mère propriétaire d'une auberge réputée dans une petite ville touristique. Sa nouvelle vie à la campagne prend un nouveau tournant lorsqu'elle se découvre la faculté de voir un fantôme qui vit dans les lieux....

    Mon avis : Un film d'animation que je pensais très enfantin et pour les plus jeunes avant d'être surprise par les thèmes abordés et la justesse avec laquelle ils le sont. Après c'est peut-être dû à mon parcours personnel mais autant vous le dire j'ai pleuré comme une madeleine puissance 10 sur certains passages clés de cette histoire. Je n'en dis pas plus pour ne pas vous gâcher la surprise mais Okko est un très beau film qui parle très justement de promesses, d'amitié, de nostalgie, de deuil et de regrets et surtout fait avec beaucoup de légèreté. La vie au sein de cette auberge est strict pour le personnel mais paisible et plein de bonnes intentions. J'ai adoré et je ne peux que vous recommander cette petite pépite que l'on peut difficilement ranger dans une case tant il aborde beaucoup de thèmes entre Okko et les clients qu'elle va rencontrer.


    votre commentaire
  • L'Aventure FantastiqueL'Aventure Fantastique (1 en cours)
    Lylian, Drouin et Lorien
    Glénat - 2018
     

    9782344029442

    Résumé éditeur : - Si on m'avait dit que je serais transporté dans un autre univers et transformé en homme-loup, je ne l'aurais pas cru.
    Léo.

    Mon avis : Une aventure pas banale attend Léo et sa sœur... comme beaucoup d'enfants, ils disparaissent subitement pour se retrouver dans un monde étrange. Prisonniers d'une tour où seul le trou béant d'un mur permet de sortir de la pièce... Faut-il attendre que le rêve prenne fin ou tenter de descendre la tour sans se tuer ? C'est frais, léger, et pas une seule seconde n'est perdu en blabla inutile ! J'ai passé un super moment dans cette quête qui semble bien étrange avant de découvrir que cette famille atypique avait déjà été présentée à travers une autre série mettant un scène leurs vacances en famille... Un premier tome très accrocheur à découvrir !


    votre commentaire
  • CarciphonaCarciphona (1 en cours)
    Shilin Huang
    Chatto Chatto - 2018
     

    9782490453009

    Résumé éditeur : Durant des siècles, la magie avait été monnaie courante dans le monde de Maelstrom. Une magie bienfaisante qui offrait à la société un pouvoir extraordinaire, mais également maudite, puisqu’elle avait causé la naissance des Carciphona : des humains à l’âme infectée par des esprits démoniaques.
    Suite à un terrible événement, la Prohibition fut mise en place et l’utilisation de la magie fut bannie dans tous les royaumes. Pourtant, quatre ans plus tard, une sorcière du nom de Veloce Visrin continue à subsister dans l’ombre, en réprimant ses pouvoirs afin de vivre en paix. Mais cette vie paisible est de courte durée lorsqu’elle se fait attaquer par l’assassin à l’origine de la Prohibition et qui pourrait bien être… une Carciphona elle-même !

    Mon avis : Bienvenue dans un monde des sorciers où ces derniers ont été éradiqué et sont considérés comme dans l'illégalité. Veloce se cache avec l'accord du roi, elle a peur qu'un jour, Blackbird, une étrange personne dont on ignore les origines, n'apparaisse pour l'assassiner comme tous les sorciers ayant un tant soit peu de talent. Ce premier tome ne nous laisse pas une minute de répit et enchaine informations et réminiscences, ce qui j'avoue m'a donné l'impression de ne pas tout saisir. Le graphisme est quant à lui bien travailler. On en oublie presque que c'est un manga canadien ! Pour l'instant mon avis est donc un peu mitigé, des bonnes choses, mais des zones à éclaircir pour vraiment savoir où va partir cette série... À voir par la suite !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires