• Réalisateur : Mamoru Hosada
    Scénario : Satoko Okudera
    Character Design : Yoshiyuki Sadamoto
    Studio : Madhouse

    Année de production : 2012
    Nationalité : Japonais

    Résumé : Hana est une jeune femme timide et sans histoire jusqu'au jour où elle tombe amoureuse d'un homme-loup. Devenue mère de famille, elle peine entre les fins de mois difficiles et l'éducation de ses deux adorables bambins : Ame et Yuki.

    Afin de protéger le secret de ses enfants tour à tour poilus ou bébés aux joues roses, Hana décide de se retranche avec eux dans un petit village où elle espère mener une vie tranquille en toute discrétion. Entourés d'une végétation luxuriante, Ame et Yuki apprennent à apprivoiser leur double identité jusqu'au moment où ils devront choisir leur destin.

    Mon avis : Des trois longs métrages de Mamoru Hosada c'est bien celui-ci mon préféré. Le thème principal : la famille, devenir mère et apprendre à se connaitre soi-même pour ses jeunes enfants pas comme les autres. Les scènes où ils changent d'apparences sont très bien réalisées leurs apparences autant en enfants qu'en loups sont à croquer ! Un décor de rêve lorsqu'elle décide de s'installer à la campagne qui reflète également bien le dépaysement et les problèmes ruraux actuels. La musique rend l'émotion des personnages encore plus forte surtout lorsque Hana est confronté à des situations qui peuvent paraître paradoxale comme lorsque l'un de ses enfants s'empoissonne, doit-elle l’emmener chez un vétérinaire ou un pédiatre ? Bonne question hein. C'est un agréable moment dont on ne voit pas les deux heures de films passées et qui réussit avec brio à nous montrer des enfants qui grandissent et apprennent à faire leur choix entre vivre en tant que loup ou humain. Un film pour petit et grand à voir autant de fois que le cœur vous en dit tellement ce " conte " est splendide et remarquable.
    Nominé aux MS Awards 2012 comme le meilleur film d'animation.


    votre commentaire
  • Réalisateur : Isao Takahata
    D'après la nouvelle de : Kenji Miyazawa
    Studio : Ô Production

    Année de production : 1981
    Nationalité : Japonais

    Résumé :  Goshu est un apprenti musicien timide qui souhaite égaler son modèle : Ludwig Van Beethoven. Souvent blâmé par le chef d'orchestre, il décide de s'entraîner sérieusement en vue d'un grand concert. Ses progrès ne sont pas fulgurants, mais heureusement un groupe de petits animaux composé d'un chat, d'un coucou, d'un blaireau et d'une souris des champs va discrètement lui inculquer des vertus telles que la patience, la rigueur et le goût de la communication. Ayant vaincu ses angoisses et appris à se connaître, Goshu est maintenant prêt à affronter le public...

    Mon avis : Trouvé à la bibliothèque après maintes recherches pour trouver ce film, j'avoue que je m'attendais à plus : c'est un film durant 1h et j'ai trouvé le scénario un peu plat, tout s'enchaine sans que l'on ait vraiment le temps de connaitre le personnage principal, de s'y attacher... Je m'attendais à des rencontres avec les animaux un peu plus comiques que celles là aussi mais sinon niveau dessin, même si ça fait " vieux " ça m'a rendue nostalgique et même si ce ne sont pas des paysages aussi travaillés que dans Le Tombeau des lucioles, j'ai apprécié ce style dépassé par la technologie actuelle. Un bon moment bien que court, qui nous apprend que pour réussir il faut persévérer.


    votre commentaire
  • YobiRéalisateur : Seong-gang Lee
    Scénario : Seong-gang Lee
    Studio : CJ Entertainment

    Année de production : 2007
    Nationalité : Sud-coréen

    Résumé : Yobi est un renard à cinq queues qui vit sur la colline depuis des millénaires. Au fur et à mesure, la ville c'est développée au pied de cette colline. Un lieu que les redoutent, effrayés par les renards à cinq queues pouvant dérober leur âme et devenir humains à leur tour. Pour les approcher, Yobi met à profit son aptitude à se transformer en jeune fille. Elle se lie d'amitié avec le jeune Geum-Ye lorsqu'un chasseur de renards fait son apparition...

    Après le succès de Mari Iyagi, le réalisateur Lee Sung-Gang s'est inspiré d'une célèbre légende coréenne pour nous livrer un incroyable conte fantastique dans la digne lignée de Miyazaki ! Dans cet univers sublime aux décors féériques, les thèmes de l'acceptation de l'autre et de la confrontation entre nature et ville sont omniprésents.

    Mon avis : Découvert par hasard à la bibliothèque, je dois dire que pour un conte coréen c'est réussit ! Une belle intrigue avec des décors splendides. Ce fût un grand plaisir que de visionner cet anime plein de créatures étranges car autant le savoir le petit renard Yobi est élevé par des extraterrestres échoués sur la Terre. J'ai trouvé ce conte très beau et je vous le conseille avec plaisir !


    votre commentaire
  • Réalisateur : Hayao Miyazaki
    Scénario : Hayao Miyazaki
    Studio : Ghibli

    Année de production : 1997
    Nationalité : Japonais

    Résumé : Blessé par un sanglier rendu fou par les démons, le jeune guerrier Ashitaka doit quitter les siens et partir à la recherche du dieu-cerf qui, seul, pourra défaire le sortilège. Au cours de son voyage, Ashitaka rencontre Lady Eboshi, une sacrée femme à la tête d'une communauté de forgerons, qui doit se défendre contre ceux qui lui reprochent de détruire la forêt pour alimenter ses forges. Parmi ses pires ennemis se trouve San, une jeune fille sauvage élevée par des loups, aussi appelée " Princesse Mononoké " , la princesse des spectres...

    Magnifique histoire d'amour et de haine au XVIè siècle, ce film d'animation nous invite à rêver à travers son dédale de légendes et de fables écologiques.

    Mon avis : Ce n'est peut-être pas le premier Miyzaki que j'ai vu mais c'est celui qui m'a le plus profondément marqué. Je l'ai vu et revu étant enfant au point de connaitre toutes les dialogues par cœur presque au point de me dégouter de revoir le film une énième fois. Pourtant avec le temps je le trouve toujours aussi grandiose et tragique. Les décors, les animaux géants, et surtout la musique qui me subjuguer à chaque fois de la même manière. La façon dont un animal devient posséder par les démons m'avait beaucoup marqué également je ne dirais pas que ça m'a fait peur mais certains enfants pourraient en faire des cauchemars je pense.
    Le personnage Ashitaka montre tellement bien cette incompréhension entre les partis qui s'en-tête à s'opposer l'un à l'autre alors qu'ils pourraient s'entendre. C'est ce qui me touche à chaque fois, il veut bien faire, se heurte à Eboshi qui veut se battre et la tête du Dieu-cerf, et puis San, détestant les humains... Bref c'est pour moi le meilleur Ghibli et film d'animation.


    votre commentaire
  • Réalisateur : Makoto Shinkai
    Scénario : Makoto Shinkai
    Studio : CoMix Wave

    Année de production : 2012
    Nationalité : Japonais

    Résumé : Depuis la disparition de son père, Asuna, une jeune écolière, a pris pour habitude de s'isoler dans les collines. Sur la route menant à son refuge secret, elle est attaquée par un monstre gigantesque et sauvé par Shun, un garçon à l'allure héroïque. Avant de disparaitre, ce dernier lui dit venir d'un monde oublié appelé Agartha. Avec l'aide de l'un de ses professeurs, Asuna va partir à la recherche de cette légendaire terre des dieux où se trouve caché le secret permettant de ramener à la vie des êtres disparus.

    Mais jusqu'où sera-t-elle prête à aller pour retrouver l'être qui lui est cher ?

    Mon avis : J'ai été sublimé par cette histoire mais honnêtement je sais que ça ne plaira pas à tout le monde. C'est une vraie voyage initiatique à travers le deuil. Tout le long Asuna mêle son souhait de retrouver Shun mais on y voit aussi ses propres souvenirs lorsqu'elle a connu le deuil étant enfant avec la mort de son père. Le petit chat qui l'accompagne est le seul a rendre gai l'histoire. Elle ne sait pas quoi faire j'ai l'impression qu'elle est dépassée par ce qui lui arrive, on ne lui laisse jamais le temps de réellement pouvoir s'exprimer et réfléchir avant de prendre une décision et c'est un fait qui pourra surement en énerver certains.

    Niveau graphisme encore une fois Makoto Shinkai ne nous déçoit pas le moins du monde c'est vraiment magnifique ! On a des petits clins d’œils au monde de Miyazaki avec le cristal que porte les agarthiens, d'ailleurs le royaume d'Agartha fait réellement parti de légende ce n'est pas une pure invention de l'auteur. Tout cela m'a beaucoup rappelé Le château dans le ciel de Miyazaki avec la même idée de monde dans l'oubli ayant des connaissances infinies mais trop exploités et pillés par les hommes de l’extérieur, avec ses animaux plus qu'étranges ("Quetzalcoatl" entre autre) qui m'ont donné l'impression d'être dans le après Princesse Mononoké et les Dieux animaux mais à notre époque moderne ainsi que Shin qui ressemble étrangement à Ashitaka et la scène lorsqu'il découvre le cadavre du Quetzalcoatl cristallisé sur lequel pousse déjà des arbres rappelle à s'y m'éprendre la scène de fin de Princesse Mononoké ! Bref ça m'a beaucoup plus comme vous pouvez le lire même si c'est un long film (presque 2h) et que certains passages peuvent paraitre un peu long j'ai beaucoup aimé. Seul point négatif j'ai trouvé ça dommage de ne pas en savoir plus sur Shun et Shin. Vous me direz un manga est paru (Les enfants d'Agartha) mais en feuilletant quelques pages j'ai vite décidé de ne pas l'acheter car le dessinateurs n'étant pas le réalisateur ni celui qui a fait les chara-design ça ne m'a pas trop plus. Du tout même mais peut être qu'un jour par curiosité je le lirais pour voir si ça apporte le plus que je recherche.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique