• Comme vous avez pu le remarquer ces derniers temps, le bloc manque cruellement de régularité pour la publication de certains articles... En cause je n'ai toujours pas internet chez moi. Si jusque là j'arrivais à jongler, la fin d'année étant la période la plus forte dans mon travail, je n'ai plus le temps de courir après une connexion gratuite qui ne marche que quand ça l'enchante... De ce fait, je mets malheureusement le blog en pause et espère revenir pour le mois de décembre vous faire partager mes nombreuses découvertes livresques !


    1 commentaire
  • Tizombi (1 en cours)
    Christophe Cazenove et Elodie Jacquemoire
    Bamboo - 2017
     

    9782818941621

    Résumé éditeur : Un nouveau héro à l'humour mordant... quand il a mangé !
    Même s'il est le plus mignon de tous, Tizombi n'en reste pas moins un zombi à l'appétit insatiable. Véritable trou sans fond, il dévore, avale, gobe et croque tout ce qui passe à sa portée de sa dentition acérée. Tout, sauf la jeune Margotik qui écrit un livre sur lui : elle est fascinée par celui qui reste le seul zombi à être née zombie !

    Mon avis : Tizombi raconte l'histoire d'une ado au look gothique qui alors qu'elle fugue de chez elle se retrouve nez à nez avec des zombies. Mais heureusement, Tizombi, le seul zombi au monde à être née zombi se prend d'affection pour elle et la garde près de lui afin qu'elle écrive son histoire. De manière globale cette série enchaine des gags et séquences de quotidien que pourrait avoir des zombies dans un cimetière. Si pas mal de jeux de mots et de chutes m'ont fait rire, on reste surtout centré sur Margotik. Le dessin est quant à lui très classique, bref une série qui plaira surement aux fans du genre mais qui ne m'a pas entièrement convaincue... Dès 13/14 ans.


    votre commentaire
  • L'Île erranteL'Île errante (1 en cours)
    Kenji Tsuruta
    Ki-oon - 2017
    9791032701850

    Résumé éditeur : Mikura Amelia est une des rares pilotes à s’occuper des livraisons entre les îles éloignées de la préfecture de Tokyo. À bord de son hydravion, elle est un lien précieux entre les villages de pêcheurs et connaît la mer environnante comme sa poche.     Élevée par son grand-père, elle se retrouve seule après sa mort, avec pour seul héritage sa maison et ses affaires personnelles. Mikura y découvre une pile de carnets de notes et un courrier adressé à une Mme Amelia, sur l’île d’Electriciteit. Sauf que cette île n’existe sur aucune carte ! Certains affirment l’avoir vue apparaître tout à coup au milieu de la mer et disparaître aussi vite, comme par enchantement…    
    Réalité ou illusion ? Peu importe ! Mikura décide de reprendre le flambeau de son grand-père : elle se donne pour mission de retrouver l’île et de livrer le mystérieux courrier coûte que coûte !    
    Après
    Spirit of Wonder et Forget-me-not, le talentueux Kenji Tsuruta signe une nouvelle fable dans un univers à la frontière du réel et du fantastique. De sa patte graphique inimitable, il nous emporte dans une aventure de longue haleine, aux côtés d’une héroïne aussi têtue que courageuse. Poétique, palpitant, drôle, L’Île errante vous fera croire à l’impossible !

    Mon avis : J'étais très intriguée par ce titre dont le résume et la couverture me rappelait fortement certaines œuvres de Miyazaki. L'auteur à une plume bien à lui que j'ai apprécie de découvrir surtout en collection Latitudes ! L'histoire quand à elle nous attire inébranlablement vers cette fameuse île qui n'existe sur aucune carte ! Si j'ai hâte de découvrir la suite des recherches de Mikura, le seul point faible que j'aurais à donner résident dans les transitions parfois très floues et brutales que l'auteur à fait entre certaines pages car ils m'ont fait perdre l'intensité que j'éprouvais à force de me perdre d'un chapitre à l'autre.


    votre commentaire
  • La Route de Sampo
    Sok-Yong Hwang
    Traduit du coréen par Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet
    Picquier poche - 2017
    9782809713022

    Résumé éditeur : Deux ouvriers se déplaçant de chantier en chantier et une prostituée en fuite font un bout de chemin ensemble. Une amitié se crée entre eux qui étaient des inconnus et qui le redeviendront bientôt. Leurs espoirs et leur nostalgie auréolent ce voyage d'une poésie et d'une humanité profondes.
    Les trois histoires qui complètent ce livre évoquent des épisodes clés de l'histoire de la Corée, avec une tonalité parfois autobiographique : un enfant pris dans la tourmente de la guerre civile entre le Sud et le Nord dans les années 1950 ; la désespérance d'un soldat coréen enrôlé dans la guerre du Viêtnam ; les milliers de ceux qui, dans les années 1970, désertent les campagnes pour les mirages de la ville.

    Mon avis : Un recueil de 4 nouvelles pour certaines autobiographiques qui nous font découvrir la Corée sous un autre jour. Des souvenirs d'enfances au périple de personnages à la recherche d'un travail ou fuyant une existence, chacune de ces histoires nous montrent le changement, l'exil obligé pour certains et cette dualité entre la ville et la campagne. Si j'avais jusque là adoré les romans de cet auteur, ces nouvelles n'ont pas eu le même écho pour moi, peut-être étaient trop personnelles... Elles sont intéressantes mais auront du mal a trouvé un public en France...


    votre commentaire
  • Ces jours qui disparaissent Ces jours qui disparaissent (One-Shot)
    Timothé Le Boucher
    Glénat - 2017
     

    9782344013328 

    Résumé éditeur : Que feriez-vous si d’un coup vous vous aperceviez que vous ne vivez plus qu’un jour sur deux ? C’est ce qui arrive à Lubin Maréchal, un jeune homme d’une vingtaine d’années qui, sans qu’il n’en ait le moindre souvenir, se réveille chaque matin alors qu’un jour entier vient de s’écouler. Il découvre alors que pendant ces absences, une autre personnalité prend possession de son corps. Un autre lui-même avec un caractère bien différent du sien, menant une vie qui n’a rien à voir. Pour organiser cette cohabitation corporelle et temporelle, Lubin se met en tête de communiquer avec son « autre », par caméra interposée. Mais petit à petit, l’alter ego prend le dessus et possède le corps de Lubin de plus en plus longtemps, ce dernier s’évaporant progressivement dans le temps... Qui sait combien de jours il lui reste à vivre avant de disparaître totalement ?

    Mon avis : Encore un romain graphisme véritable coup de cœur ! Le jeune Lubin, se découvre une deuxième personnalité à la suite d'une mauvaise chute qui prend possession de son corps un jour sur deux. Si les débuts bien que surprenants restent pacifiques, cette dualité à l'intérieur de lui-même va durablement impacter sa vie. Comment lutter pour préserver son quotidien, sa vie sociale et amoureuse alors que l'on est un jour sur deux une personne diamétralement opposée. L'auteur aborde cette question avec brio et nous entraine dans un cauchemar sans fin au fil des ans.  Je n'en dis pas plus pour ne pas gâcher la fin mais ce travail nous fait nous même douter de beaucoup de choses et apporte une vraie réflexion sur l'amitié, l'amour, la famille aussi et surtout sur cette dualité qui habite les personnes possédant plusieurs personnalités. Excellent !


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires