• Romans

  • HelenaHelena
    Jérémy Fel
    Rivages - 2018
    9782743644673 

    Résumé éditeur : Kansas, un été plus chaud qu’à l’ordinaire.
    Une décapotable rouge fonce sur l’Interstate. Du sang coule dans un abattoir désaffecté. Une présence terrifiante sort de l’ombre. Des adolescents veulent changer de vie. Des hurlements s’échappent d’une cave. Des rêves de gloire naissent, d’autres se brisent.
    La jeune Hayley se prépare pour un tournoi de golf en hommage à sa mère trop tôt disparue.
    Norma, seule avec ses trois enfants dans une maison perdue au milieu des champs, essaie tant bien que mal de maintenir l’équilibre familial.
    Quant à Tommy, dix-sept ans, il ne parvient à atténuer sa propre souffrance qu’en l’infligeant à d’autres…
    Tous trois se retrouvent piégés, chacun à sa manière, dans un engrenage infernal d’où ils tenteront par tous les moyens de s’extirper. Quitte à risquer le pire.
    Et il y a Helena… 
     
    Jusqu'où une mère peut-elle aller pour protéger ses enfants lorsqu'ils commettent l’irréparable ? Après Les loups à leur porte, Jérémy Fel aborde cette vertigineuse question dans une grande fresque virtuose aux allures de thriller psychologique.

     Mon avis : Je l'attendais avec impatience ce nous livre de Jeremy Fel ! Ayant adoré "Les Loups à leur porte" je suis partie les yeux fermés sur ce nouveau roman, à peine regardant la quatrième de couverture tant je lui fais confiance pour encore une fois nous emmener loin ! Et quel spectacle ! Amateur de roman noir vous serez servie ! Encore une fois, il nous plonge dans le Kansas à travers un prisme de personnages sans lien entre eux de prime abord jusqu’à ce que l'indicible se produise... Hayley va passer les pires moments de sa vie, accumulant les mauvais choix. Norma, mère de famille va se découvrir prête à beaucoup de choses pour protéger les siens et nous faire découvrir que l'ex-maison de Daryl Greer, que son mari avait acheté des années plus tard serait peut-être bien maudite... Quant à Tommy, je ne vous en dis pas plus car le premier chapitre lui est consacré et vous donne directement le ton du livre et de sa noirceur. C'est un roman dur qui nous projette vraiment dans des personnages qui vont être brisés avant de sombrer sans retours possible dans ce qu'il y a de plus mal au fond de l'âme humaine. Bref encore une fois sa plume nous transporte avec brio dans de l'horrible, dans des clins d’œil qui m'ont vraiment donné envie de relire son premier roman le tout d'une écriture qui dit avec poésie ce que l'humain a de plus malsain caché en lui.


    votre commentaire
  • Trois fois la fin du mondeTrois fois la fin du monde
    Sophie Divry
    Les Éditions Noir sur Blanc - 2018
    9782882505286 

    Résumé éditeur :   Après un braquage avec son frère qui se termine mal, Joseph Kamal est jeté en prison. Gardes et détenus rivalisent de brutalité, le jeune homme doit courber la tête et s’adapter. Il voudrait que ce cauchemar s’arrête. Une explosion nucléaire lui permet d’échapper à cet enfer. Joseph se cache dans la zone interdite. Poussé par un désir de solitude absolue, il s’installe dans une ferme désertée. Là, le temps s’arrête, il se construit une nouvelle vie avec un mouton et un chat, au cœur d’une nature qui le fascine.
    est une expérience de pensée, une ode envoûtante à la nature, l’histoire revisitée d’un Robinson Crusoé plongé jusqu’àla folie dans son îlot mental. Une force poétique remarquable, une tension permanente et une justesse psychologique saisissante rendent ce roman crépusculaire impressionnant de maîtrise.    
    « Au bout d’un temps infini, le greffier dit que c’est bon, tout est en règle, que la fouille est terminée. Il ôte ses gants et les jette avec répugnance dans une corbeille. Je peux enfin cacher ma nudité. Mais je ne rhabille plus le même homme qu’une heure auparavant. »

     Mon avis : Mon premier de cette auteure à la plume poétique et très prenante. Nous suivons Joseph qui va vivre tour à tour trois changements brutaux et inattendus. D'abord, la perte de son frère et sa détention en prison. Un passage dur qui reste réaliste sans en faire trop. Jusqu'à cet incident, la fissure d'une centrale d'un tout nouveau genre. La France est irradiée, et Joseph fait parti des rares immunisés. Cette deuxième partie est une véritable ode à la nature et au retour aux sources puisque c'est dans les Causses qu'il va décider de se cacher avant de reprendre une ferme. Ce passage qui est le plus long du livre relate avec justesse ces retrouvailles entre homme des villes et une nature qui va reprendre ses droits. Rappelant à chaque moment que dans la vie il suffit d'un instant pour que tout bascule, Sophie Divry nous fait passer un bon moment qui nous laisse à réfléchir sur la notion de solitude et d'humanité. Une belle découverte de cette rentrée !

    Trois fois la fin du monde


    votre commentaire
  • T'en souviens-tu, mon Anaïs ?T'en souviens-tu, mon Anaïs ?
    Michel Bussi
    Pocket - 2018
    9782266282437 

    Résumé éditeur : Voilà treize jours qu'Ariane a posé ses valises dans cette villa de la côte d'Albâtre. Pour elle et sa fille de 3 ans, une nouvelle vie commence. Mais sa fuite, de Paris à Veules-Les-Roses, en rappelle une autre, plus d'un siècle plus tôt, lorsqu'une fameuse actrice de la Comédie Française vint y cacher un lourd secret. Se sentant observée dans sa propre maison, Ariane perd peu à peu le fil de la raison...
    Bienvenue au pays de Caux, terres de silences, de pommiers et de cadavres dans les placards...

     Mon avis : Cadeau de ma chère maman, c'est finalement mon premier Michel Bussi puisque je n'ai toujours pas lu Un avion sans elle... Comme je l'ai déjà rappelé maintes fois, j'ai plutôt du mal avec le genre des nouvelles...Sur les quatre qui constituent ce recueil; je n'en ai lu que deux, L'armoire normande, qui était gentillette et assez drôle et la toute première pour laquelle je me suis profondément ennuyée... J'ai eu du mal avec l'écriture et le rythme ce qui fait qu'en commençant la troisième nouvelle, je n'ai pas tenu une page avant de laisser tomber...Vous l'aurez compris, plus de nouvelles, et on retentera cet auteur mais avec un roman pour savoir si j'aime ou non !


    votre commentaire
  • Fais de moi, la colèreFais de moi, la colère
    Vincent Villeminot
    Les Escales - 2018
    9782365693400

    Résumé éditeur :  Le jour où son père, pêcheur de longue date, se noie, Ismaëlle se retrouve seule. Seule, vertigineusement, avec pour legs un métier d’homme et une chair de jeune fille.
    Mais très vite, sur le lac franco-suisse, d’autres corps se mettent à flotter. Des morts nus, anonymes, par dizaines, par centaines, venus d’on ne sait où — remontés des profondeurs de la fosse. C’est en ces circonstances qu’Ismaëlle croisera Ezéchiel, fils d’un « Ogre » africain, qui a traversé les guerres du continent noir et vient sur ces rives affronter une Bête mystérieuse. 

    Fais de moi la colère est le récit halluciné, à deux voix, de leur rencontre, et de la partie de pêche qu’ils vont mener — échos lointains de Moby Dick. Une partie de pêche où le désir, la convoitise, le blanchiment, les génocides, sont autant de Léviathans. Mais où la joie, comme les larmes, pourra gonfler les ventres.

    Mon avis : Le premier roman en littérature "adulte" d'un auteur jeunesse, ça c'était forcément pour moi surtout au vue du résumé ! Probablement le roman le plus original de cette rentrée de par sa construction je dois dire que je me suis arrêtée à presque la moitié tant ce récit m'a perturbé. Phrases extrêmement courte, allant à l'essentiel pour des propos d'une force extrême, tout commence par la narratrice sur le point de donner naissance, elle a peur, elle a mal et se remémore quand tout cela à commencer dix-huit mois plus tôt... Le lac, la mort de son père qui s'ensuivra de centaine de cadavres flottant à la surface du lac quotidiennement sans que personne ne sache d'où ils viennent. Sa découverte solitaire du désir, jusque là j'étais perplexe mais à fond, et puis sont arrivées les pensées et le point de vu d’Ézéchiel et là c'était trop pour moi. Car ce grand noir nouvel arrivant dans la région est en chasse, étrange visiteur venu d'Afrique, il hait son père et ce qu'il lui a fait voir - à savoir viol et génocide - et n'a qu'un but venir tuer "la bête". Je me suis arrêtée dans ma lecture car je n'ai vraiment pas adhéré à l'écriture mais soyons honnête ce roman est complètement fou (et je dis ça dans le sens positif du terme). Étrange et extrêmement original j'espère qu'il sera dans des sélections pour de futur prix car je n'avais jamais vu ça !


    votre commentaire
  • Chien-Loup 22 aoutChien-Loup
    Serge Joncour
    Flammarion - 2018
    9782081421110

    Résumé éditeur :   L’idée de passer tout l’été coupés du monde angoissait Franck mais enchantait Lise, alors Franck avait accepté, un peu à contrecœur et beaucoup par amour, de louer dans le Lot cette maison absente de toutes les cartes et privée de tout réseau. L’annonce parlait d’un gîte perdu au milieu des collines, de calme et de paix. Mais pas du passé sanglant de cet endroit que personne n’habitait plus et qui avait abrité un dompteur allemand et ses fauves pendant la Première Guerre mondiale. Et pas non plus de ce chien sans collier, chien ou loup, qui s’est imposé au couple dès le premier soir et qui semblait chercher un maître. En arrivant cet été-là, Franck croyait encore que la nature, qu’on avait apprivoisée aussi bien qu’un animal de compagnie, n’avait plus rien de sauvage ; il pensait que les guerres du passé, où les hommes s’entretuaient, avaient cédé la place à des guerres plus insidieuses, moins meurtrières. Ça, c’était en arrivant.
    Serge Joncour raconte l’histoire, à un siècle de distance, d’un village du Lot, et c’est tout un passé peuplé de bêtes et anéanti par la guerre qu’il déterre, comme pour mieux éclairer notre monde contemporain. En mettant en scène un couple moderne aux prises avec la nature et confronté à la violence, il nous montre que la sauvagerie est toujours prête à surgir au cœur de nos existences civilisées, comme un chien-loup..
     

    Mon avis : Mon premier de cet auteur, lu en... presque un mois je l'avoue faute à pas de temps et à beaucoup de répétitions. Nous alternons entre Franck et Lise lors de leur séjour et l'année 1914 aux villages près duquel ils vont résider. Cette alternance nous en apprends plus sur cette vieille maison au milieu de nulle part et l'histoire sanglante qui entoure ses habitants. Si Serge Joncour a bien un don c'est celui de dépeindre avec une très grande justesse les sentiments humains et de nous transporter complètement dans des instants de vie qui vont durablement marquer nos personnages dans leur existence. J'ai terminé ces presque cinq-cent pages avec délice et le recommande à ceux qui aiment s'aventurer dans la vie de tous les jours, le dépaysement et un chouilla d'histoire !

    Chien-Loup


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique