• Romans

    Coup de cœur  du moment :

    Le Totem du loup

    Helena

    La Vraie Vie

     

    coup de coeur

  • La papeterie TsubakiLa papeterie Tsubaki
    Ito Ogawa
    Traduit du japonais par Myriam Dartois-Ako
    Philippe Picquier - 2018
    9782809713565

    Résumé de quatrième de couverture :  Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigner l'art difficile d'écrire pour les autres.
    Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l'encre, l'enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre.
    Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de vœux, rédige un mot de condoléances pour le décès d'un singe, des lettres d'adieu aussi bien que d'amour. À toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.
    Et c'est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre de réconciliations inattendues.

    Mon avis : Comme vous le savez, Ito Ogawa est mon auteure préférée et je me réjouie à chaque nouvelle sortie. Son nouveau roman s'inscrit dans la lignée des autres avec les thématiques de la nostalgie, du deuil et de ces petits instants de vie que l'auteure aime tant à nous décrire. Cette fois, on est en immersion totale dans la société japonaise grâce à Popo qui se voit reprendre la papeterie de sa grand-même. À travers tous les gens qu'elle va rencontrer ou croiser, elle nous montre un quotidien paisible et très en adéquation avec ces petits quartiers calmes que l'on imagine d'ailleurs très bien grâce à son plan en début de livre. Notre narratrice a un savoir un peu particulier lié à la papeterie - enseigné par sa grand-même - elle est écrivain public et se doit d'aider tout un chacun à rédiger ses lettres. Du choix du support à la dilution de l'encre et le choix de la plume, chaque demande est traitée avec délicatesse et sérieux. Ce roman se lit comme un bonbon que l'on déguste sous son plaid au fil des saisons. Il est très posé, un peu comme l'ambiance que l'on retrouve dans les mangas de Jiro Taniguchi pour le côté contemplatif. Délicat et en même temps une vraie bouffée d'air frais à sa manière !
    Amoureux d'action, passez votre chemin en revanche.

    La papeterie Tsubaki


    votre commentaire
  • PêchePêche
    Emma Glass
    Traduit de l'anglais par Claro
    Flammarion - 2018
    9782081443136 

    Résumé éditeur : Il est arrivé quelque chose à la jeune Pêche, du sang coule entre ses cuisses. Ça lui fait mal de marcher mais elle parvient à rentrer à la maison en titubant où le cauchemar continue, avec ses parents qui ne semblent s’apercevoir de rien. Seule ou presque, elle va devoir vivre avec un corps meurtri qui change de façon inquiétante, hantée par son agresseur, l’affreux Lincoln aux relents de saucisses. 
    Pour suivre Pêche au plus près, Emma Glass invente en même temps qu’un monde loufoque une langue charnelle et musicale, où chaque mot tente à la fois d’incarner et de réparer l’irréparable. Premier roman fascinant par son inventivité rythmique,
    Pêche explore les jours et les nuits d’une chair blessée et fait de l’empathie une expérience inédite, physique.

    Mon avis : Un premier roman étranger qui comme "Le Malheur du bas" traite du viol mais cette fois d'une adolescente. J'ai attendu un certain temps pour le commencer pour ne pas trop le comparer justement à l'autre titre qui m'a profondément marqué. "Pêche" c'est un très court roman qui nous raconte les changements d'une adolescente suite à son viol. Cet acte n'est jamais dit ou expliqué avec de tel mot mais suggéré avec toutes les conséquences qui vont avec. C'est un roman dur et extrêmement poétique qui joue beaucoup sur la métaphore et la poésie pour parler de l'indicible. Peut-être même trop car pour ma part il m'a perdu. En effet, aucun personnage n'a de prénom, ils sont nommés : Pêche, Vert, Saucisse et pourtant face aux mutations du comportement de Pêche, personne ne semble rien voir où du moins poussé suffisamment la jeune fille à se confier. La peur s'installe avant d'être éradiquée de façon brutale et très étrange par la narratrice. C'était beau mais trop métaphorique pour moi qui n'est absolument pas compris un traitre mot de la fin par exemple.

     Pêche


    votre commentaire
  • Einstein, le sexe et moiEinstein, le sexe et moi
    Olivier Liron
    Alma Editeur - 2018
    9782362792878 

    Résumé éditeur : "Je suis autiste Asperger. Ce n'est pas une maladie, je vous assure. C'est un différence. Je vais vous raconter une histoire. Cette histoire c'est la mienne. J'ai joué au jeu télévisé Questions pour un champion et cela a été très important pour moi."
    Nous voici donc en 2012 sur le plateau de France 3 avec notre candidat préféré, Olivier Liron lui-même, fort occupé à gagner ; tout autant à nous expliquer ce qui lui est arrivé. En réunissant ici les ingrédients de la confession et ceux du thriller, il manifeste une nouvelle fois avec l'humour qui est sa marque de fabrique, sa très subtile connaissance des émotions humaines.

     Mon avis : Ce roman est une auto-biographie d'Olivier Liron qui nous emporte avec lui dans son quotidien et plus particulièrement sur un tournant de sa vie : sa participation à l'émission "Question pour un champion". Comme la plupart d'entre vous le savent, le genre auto-fiction est clairement un genre que j'ai du mal à apprécier mais là, j'avoue que l'humour et le sujet avait piqué ma curiosité et bon sang que je ne regrette pas ! Ce roman il se lit comme un bonbon réconfortant. Plein de légèreté et qui pourtant aborde divers sujets de société. De question en question, Olivier nous plonge dans ses souvenirs et ses anecdotes de vie avec un humour et une bienveillance qui une fois le livre finie nous donne l'impression d'avoir passer la soirée avec l'auteur lors d'une soirée entre amis ! Une petite pépite qui donne une bouffée d'air frais à son quotidien et à découvrir sans hésiter !


    votre commentaire
  • InexorableInexorable
    Claire Favan
    La Bête Noire - 2018
    9782221217092 

    Résumé éditeur : Vous ne rentrez pas dans le moule ? Ils sauront vous broyer.  Inexorables, les conséquences des mauvais choix d’un père.
    Inexorable, le combat d’une mère pour protéger son fils.
    Inexorable, le soupçon qui vous désigne comme l’éternel coupable.
    Inexorable, la volonté de briser enfin l’engrenage…
    Ils graissent les rouages de la société avec les larmes de nos enfants.

     Mon avis : Un roman noir qui porte bien son nom puisque le destin de cette famille est inexorablement tiré vers le bas... C'est mon deuxième roman de cette auteure et encore une fois, un livre que l'on dévore, qui nous plonge avec horreur dans ce que notre société sait faire de mieux : ranger dans une case les gens sans possibilité d'en sortir. C'est un roman particulier qui se passe contrairement à ses autres écrits en Ile de France et qui dénonce à sa manière un sujet très personnel à l'auteure.
    On suit la vie de Milo, où plutôt la descente aux enfers que ce petit garçon de quatre ans va vivre suite à l'arrestation musclée de son papa sous ses yeux. Un traumatisme qui va le perturber durablement et qui va se manifester par des crises de colère particulièrement violente à l'école. Pour sa maman, qui voit déjà son univers complètement détruit et son fils accusé de tout les maux, savoir réagir et aider son garçon va s’avérer dur et pénible. En effet, ses frasques lui valent une telle réputation que l'arrivée à l'école le soir est pour elle une étape honteuse et un vrai calvaire. À travers eux, c'est tous les enfants stigmatisés que l'on met en lumière ici. Enfants handicapés, comportements difficiles, un sujet qui reste donc d'actualité même pour ceux qui n'aiment pas le polar habituellement, sachez que ce côté là n’arrive que bien plus tard. Comme nous l'a habitué l'auteure, les personnages s'accrochent tant bien que mal à ce qu'il peuvent pour survivre dans ce système et quand enfin on a l'impression qu'ils ont trouvé leur place tout bascule et le cauchemar continue pour Milo qui se retrouve accusé sans aucune preuve que ses antécédents scolaires ! Un roman qui prend aux tripes qui nous donne envie de hurler et de secouer ce système et trouver un moyen d'innocenter Milo... Mais est-il si innocent que cela ? Même sa mère en doute... Vous l'aurez compris j'ai adoré du début à la fin (fin qui d'ailleurs m'a retourné le ventre). C'est un roman fort, qui marque et qui ne sera sûrement pas le dernier de cette auteure que je lirais !

    Inexorable


    votre commentaire
  • Frère d'âmeFrère d'âme
    David Diop
    Seuil - 2018
    9782021398243 

    Résumé éditeur : Un matin de la Grande Guerre, le capitaine Armand siffle l’attaque contre l’ennemi allemand. Les soldats s’élancent. Dans leurs rangs, Alfa Ndiaye et Mademba Diop, deux tirailleurs sénégalais parmi tous ceux qui se battent alors sous le drapeau français. Quelques mètres après avoir jailli de la tranchée, Mademba tombe, blessé à mort, sous les yeux d’Alfa, son ami d’enfance, son plus que frère. Alfa se retrouve seul dans la folie du grand massacre, sa raison s’enfuit. Lui, le paysan d’Afrique, va distribuer la mort sur cette terre sans nom. Détaché de tout, y compris de lui-même, il répand sa propre violence, sème l’effroi. Au point d’effrayer ses camarades. Son évacuation à l’Arrière est le prélude à une remémoration de son passé en Afrique, tout un monde à la fois perdu et ressuscité dont la convocation fait figure d’ultime et splendide résistance à la première boucherie de l’ère moderne.

     Mon avis : Talent Cultura, nominé pour plusieurs prix, je l'ai commencé sereinement avant de page après page me demander si je continuais ou si je m'en tenais à cela... Comme le roman était très court - à peine 180 pages - je me suis un peu forcée, et franchement... je ne suis absolument pas rentrée dedans ! Ni dans l'intrigue ni dans le style répétitif de l'auteur... La seule chose que j'en retiens et cette expression entêtante du héros : "Par la vérité de dieu" dit une nombre incalculable de fois jusqu'à me sortir complètement par les yeux ! Le sujet de ces africains réquisitionnés pour l'effort de guerre m’intéressait pourtant mais rien à faire...Pourtant je vois un peu partout fleurir sur le net des commentaires élogieux sur ce titres mais pour ma part la sauce n'a pas pris et j'ai détesté.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique